Un potager NATUREL

Ce mois d’octobre 2018, Françoise et Franc nous accueillent généreusement au sein de leur propriété. Plus de trente ans qu’ils emménagent leur maison, leur terrain. Alors quelle chance nous avons de pouvoir partager  ce qu’ils ont dessiné, modelé, construit, toujours de leur propres mains.

On ressent un respect profond pour la nature, l’écosystème, le potager, l’alimentation au quotidien, que ce soit pour eux bien sûr mais aussi amis et familles, enfants, petits enfants…

Et que dire de cet environnement sublime entre montagnes majestueuses et vallées cévenoles peuplées de châtaigniers. Que ce soit leur maison en bois que Franc a dessinée, leur potager, tout est extraordinairement intégré dans la nature qui les entoure. De la route, on ne voit rien !  C’est seulement une fois la porte ouverte sur leur jardin secret que le charme de leur quotidien s’offre à nous.

De l’ingéniosité

Franc a mis en place un système très ingénieux de récupération d’eau de pluie. Il se sert de « bâches à eau ». Honnêtement je ne connaissais pas ce système et j’ai étais heureux de le découvrir. Une sacrée source d’inspiration et qui sait peut-être un jour j’utiliserai ce dispositif. Seul regret, je manque un peu de place sur mon terrain actuel mais à réfléchir tout de même. C’est une solution intéressante financièrement et qui permet de stocker des épisodes pluvieux pour ensuite nourrir le potager avec cette eau tombée du ciel, toujours bien plus bénéfique que l’eau du réseau.

Françoise est l’experte des cultures, des associations. Et que dire de l’abondance au sein de ce potager alors que nous sommes au mois d’octobre ! Je n’ose imaginer une visite en plein été ! Mais justement, quel exemple frappant de voir à quel point le potager peut nous apporter abondance et diversité jusqu’à l’automne et cela sans aucun artifice chimique. Je mets même une pièce de voir le potager bien rempli en plein hiver !

La motobineuse au hangard

Plus que quelconques produits du commerce, ce sont les muscles de Franc et quelques bons vieux outils qui font le travail. Râteau, pelle, fourche, grelinette et en avant pour quelques séances de sport toujours bénéfiques. Dire que nombreux paient une salle de sport des centaines d’euros, mais venez faire du potager !

Françoise n’est pas en reste pour entretenir ces quelques 400m² de surface, environ la moitié cultivée, le reste pour les allées. Les heures ne sont pas comptées, c’est naturel quand c’est une passion. Semer, planter, désherber, pailler, composter, ramasser, planifier, sentir, ressentir, couper, manger, VIVRE.

Le sol est immensément respecté, nourrit, amendé. Fumier d’âne troqué contre services avec le voisin, fumélite, terreau d’appoint, compost de surface, paillage… Quoi de mieux pour améliorer la fertilité du potager année après année et transformer une terre peu envieuse en berceau de richesse pour les légumes.

Les légumes justement, que dire ! Blettes majestueuses, courges semées spontanément avec des graines venues du compost de surface, patates douces qui tapissent à elles seules la moitié du potager. C’est un cirque organisé qu’il est si plaisant de contempler.

Le potager est entretenue sur des principes de potager naturel. Certains diront de permaculture mais Françoise et Franc ont l’humilité de laisser ce grand mot à d’autres et de simplement prétendre faire un potager en respectant le sol, ses habitants, la biodiversité, en se respectant.

Un nouvel exemple, une nouvelle source d’inspiration pour nous inciter à pratiquer toujours plus encore le potager au naturel et se reconnecter avec notre alimentation, avec nous-même. Une passion dévorante et dévorée !

Olivier